Adrien Fabiani

Ateliers Hip-Hop/ Electro/ Danse

6 à 12 ans, 80 mins 

D’où vient L’Électro Fun ?

J’ai commencé la danse en tant qu’autodidacte à l’âge de 15 ans. J’ai toujours apprécié les sons électro et techno. Pourtant aucune école ne proposait des cours de danse dans ce style musical. Puis en 2006, la Tecktonik a fait son entrée avec son style très particulier. À cette époque, je voyais la Tecktonik comme une chance pour la danse électro de s’approfondir. Malheureusement, l’effet de mode très passager et la danse manquant de contenu, j’ai dû me documenter sur d’autres danses électro. J’ai découvert le Jumpstyle et le Melbourne shuffle, des danses bien plus approfondies mais limité à un seul style musical, l’électro shuffle et le hard style. En mélangeant ma pratique avec celle du hip hop et du disco, j’en suis venu à créer mon propre style de hip hop.

En quoi consiste l’Électro Fun ?

L’Électro Fun est donc une fusion de Locking, House, Tecktonik, Jumpstyle, Break Dance, Swing, Shuffle et Disco. L’idée étant de faire une danse rythmée et dynamique, pouvant s’adapter à plusieurs styles musicaux, entre le hip hop et l’électro. Tous types de mouvements peuvent être utilisés pour créer des chorégraphies. Cette danse est adaptée pour les enfants afin de les initier aux différents styles compris dans la danse l’Électro. Nous sommes tout de même sur une base de hip hop, avec ses battles et ses impros. Faire de l’électro fun, c’est apprendre le lâcher prise, la multiplicité des mouvements et se laisser entraîner par la musique.

N’est-ce pas un peu complexe ?

Que nenni ! C’est un style approprié pour les débutants. Les séances d’électro fun sont très diversifiés, une séance où l’on apprend du swing, une séance où l’on apprend du break. Chacun trouvera son compte sur plusieurs styles. De plus, les pas appris sont tous des pas basiques, simples à l’apprentissage. Ils se complexifieront avec la pratique et les idées qui émergeront pendant les improvisations.

Objectifs

Objectifs Généraux

  • Prendre conscience de son corps dans l’espace et apprendre à le mobiliser.
  • Développer sa culture musicale et son sens du rythme.
  • Amener le jeune public à partager une passion auprès d’autres publics, de développer la connaissance de soi et des autres.
  • Apprendre à accepter et respecter l’image des autres et de soi.

Objectifs Pédagogiques

  • Renforcement Musculaire et endurance.
  • Apprentissage technique, mise en pratique par danse de groupe et Battle.
  • Relaxation et temps d’échange.
  • Reconnaître les différents rôles du chorégraphe, du danseur et du spectateur.

Déroulement d’une séance

  • Echauffement dynamique avec renforcement        (10-15 minutes)
  • 2/3 Pas techniques (15-20 minutes)
  • Apprentissage d’une chorégraphie de groupe     (10-15 minutes)
  • Temps d’improvisation ou de création chorégraphique (15-20 minutes)
  • Restitution du travail des groupes devant les autres / répétition d’une chorégraphie de groupe.

Atelier Jeu de Rôle « Final Fantasy »

Enfants (à partir de 8 ans) ; Adolescents ; Adultes

Présentation

Créé ton personnage dans un monde gouverné par de puissantes magies et prends part à une grande quête au cœur d’une bataille entre lumières et ténèbres.

Joue le rôle de ton personnage, prends des décisions, travaille avec ton équipe, communique avec les différents personnages de l’histoire afin de progresser, enquêter, te renseigner.

Tes choix décideront du déroulement de l’aventure : sauras-tu faire les bons ?

 

Univers de l’atelier

 

Notre histoire se déroule dans la plus grande ville d’un monde empli de magie et de créatures étranges : Alexandrie. Depuis longtemps, cette ville est devenue le principal rempart contre les ténèbres, grâce à sa culture, son rayonnement ainsi qu’une armée surentraînée.

 

Les meilleurs peuvent rejoindre l’Académie d’Alexandrie et devenir des héros aux yeux de tous. Une classe de dernière année doit passer son examen de Soldat de l’Académie. Jusqu’ici ce n’était qu’une épreuve sur le terrain, avec l’affrontement de monstres et des résolutions d’énigmes.

 

Mais, pour la première fois depuis quinze siècles, Le Roi d’Alexandrie déclare la guerre à Lindblum, une cité technologique avoisinante. L’objet de leur examen sera donc de participer à cette bataille.

 

L’atelier démarre sur la base d’une histoire singulière, où une simple guerre entre 2 cités va conduire les aspirants Soldats à une destinée hors du commun, où leurs décisions pourront amener à la victoire de la lumière…ou celle des ténèbres sur le monde. 

 

 

« Depuis toujours fan inconditionné de jeux vidéo, j’ai consacré beaucoup de temps à des jeux de type RPG (Role-playing game), équivalents aux jeux de rôle en français. Ils consistent à vivre une histoire unique en incarnant un personnage au centre de celle-ci. Le joueur est amené à prendre en compte son équipement et le niveau d’entraînement de son personnage afin d’acquérir de nouvelles compétences, ainsi qu’à prendre des décisions pour faire avancer l’arc narratif. Les protagonistes interagissent entre eux, ce qui permet de développer un attachement à son personnage et de vivre une aventure unique en son genre.

Comme beaucoup de ma génération des années 90, j’ai grandi avec les Final Fantasy, une série de jeux vidéo japonais spécialisée dans le RPG. J’ai pu développer mon imagination en m’inspirant de cet univers pour créer un monde original. La différence entre les jeux de rôle vidéo (souvent pratiqués en solo) et le jeu de rôle papier est que celui-ci sollicite l’imagination des joueurs afin de se représenter le monde dans lequel ils évoluent, mais aussi, qu’il permet de construire et de développer des interactions entre les participants à partir de cet imaginaire.

J’ai eu la chance de les expérimenter en tant que joueur, puis en maître de jeux auprès de différents publics. J’ai ainsi pu observer les multiples intérêts de cette activité, aussi bien dans l’apprentissage des relations collectives que dans le développement de l’inventivité. » Adrien

Les objectifs pédagogiques du jeu de rôle


– Gérer sa parole et son écoute au sein d’un groupe, exprimer ses opinions et prendre des décisions collectivement.

– Constater les répercussions de ses choix : le rôliste cherche grâce à son intelligence et sa personnalité les limites du monde imaginaire et se joue de ses limites.

– Élargir son imaginaire en le partageant avec d’autres : discuter avec les personnages du jeu, mettre en place des stratégies, résoudre des énigmes.

– Donner le goût de l’écriture : les joueurs seront amenés à tenir un journal de bord.

– Se relâcher, prendre le temps d’endosser le rôle d’un personnage que l’on construit au fur et à mesure. Dans un contexte où il devient difficile de rêver, cet atelier ouvre les portes à l’imagination de chacun.

« Pour ma part, cette imagination m’a permis de créer un scénario flexible en fonction des choix des joueurs. Cela oblige à improviser tout en restant cohérent. Mon but est d’attiser cet intérêt pour l’imaginaire et que chacun construise à son tour son univers. » Adrien

63 boulevard Silvio Trentin, 31200 Toulouse

05 34 41 14 44

communication@abcactionsculturelles.com